On attaque ensuite la rédaction du dossier proprement dit.

           La première partie consiste, quelque soit le niveau de la VAE, à présenter la société ou la structure dans la quelle vous avez travaillé (il peut y en avoir plusieurs). Soyez aussi précis que possible. Le jury voudra savoir où vous vous situez dans cette société. J’ai constaté qu’il apprécie un organigramme où vous situez votre place par exemple à l’aide d’une couleur. Ensuite vous devrez décrire avec précision vos activités. Ne craignez pas de redire plusieurs fois la même chose. Une VAE  c’est très répétitif, c’est ce qui déroute souvent le candidat car vous aurez par la suite à décrire vos situations de travail, donc nécessairement vous reprendrez ce que vous avez décrit dans vos activités mais en les commentant et les approfondissant.

          On vous demande ensuite de détailler vos activités (professionnelles ou bénévoles) montrant que vous avez les compétences figurant dans le référentiel du diplôme visé.

          Vous devrez préciser notamment :

  • les compétences que vous mettez en oeuvre,
  • votre degré d’autonomie et d’initiative,
  • les informations dont vous avez besoin et la manière de les trouver,
  • les problèmes rencontrés,
  • votre façon de les résoudre,
  • les objectifs que vous avez atteints.

           Ce sont ces réflexions, cette analyse qui sont très enrichissantes pour vous, car vous réaliserez que votre rôle est essentiel pour votre entreprise ou votre association. Je me souviens de la réflexion d’un de mes stagiaires : « Grâce à vous, j’ai réalisé que je n’étais pas si nul que j’en avais l’air ! ». Mécanicien sur métier à tisser, peu sûr de lui, il avait, grâce à la VAE, réalisé qu’il était un rouage essentiel de son entreprise car en cas de panne, une partie de la production était stoppée.

          Donc ne craignez pas de vous répéter.